lun. Nov 11th, 2019

Afrique subsaharienne : Les tumeurs de la vessie, un réel défi pour les urologues pratiquant dans des zones d’endémie bilharzienne

Si les tumeurs de la vessie semblent être bien contrôlées dans les pays développés, où le diagnostic est précoce grâce à l’imagerie, elles le sont moins dans nos pays, car les malades consultent tardivement et les techniques d’imagerie sont peu disponibles ou méconnues.  

Dans la présentation qu’il a faite, le jeudi 9 mai 2019, au National Institutes of Health (NIH), à Bethesday, Maryland, aux Etats-Unis, Pr. Tembely Aly DOURO, Chirurgien urologue, a déclaré que les tumeurs de la vessie représentaient un réel défi pour les urologues pratiquant dans les zones d’endémie bilharzienne des pays d’Afrique subsaharienne.

« Ils se caractérisent par un taux de mortalité spécifique élevé », indique-t-il. Ainsi, avec 5,2 décès pour 100 000 habitants, le Mali se classe au 5ème rang mondial avec le taux de mortalité standardisé le plus élevé en fonction de l’âge de cette maladie, a précisé Professeur Tembely, Chef du Service Urologie du CHU-Point G, devant une foule nombreuse d’experts en santé.

Selon lui, les difficultés concernent principalement la faible disponibilité des moyens endoscopiques (cystoscopie et résection.), en particulier dans les zones périphériques mais également le coût élevé des soins par rapport au niveau de revenu des populations les plus touchées. Le but de cette étude consistait à présenter les aspects épidémiologiques, cliniques et histopathologiques des tumeurs de la vessie, ajoute-il.

Rappelons qu’une délégation d’éminents professeurs maliens, composée de : Pr. Seydou DOUMBIA, Doyen de la Faculté de médecine et d’Odontostomatologie (FMOS), Pr. Ilo Bella DIALL, Cardiologue et Directeur Général de l’Hôpital Point G et Pr. Tembely Aly DOURO, Chirurgien urologue, ont séjourné du mardi 07 au jeudi 9 mai 2019, aux Etats Unis.

Cette mission s’inscrivait dans le cadre de la coopération scientifique avec certains Instituts américains dont l’Institut national des maladies allergiques et infectieuses des Etats-Unis (NIAID/NIH) ; également, dans les perspectives de partenariat avec la prestigieuse Université Georges washington – Département de Médecine.

Ibrahima DIA, Communication Officer/FMOS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :