jeu. Août 6th, 2020

Laboratoire de l’UCRC : Plus de 400 tests du Covid-19 effectués

Le ministre de l’Education nationale, de la Recherche scientifique et de l’Enseignement scientifique, Professeur Mahamadou Famanta était en visite, le mardi 7 avril 2020, aux laboratoires du Centre Universitaire de Recherche Clinique (UCRC), en vue de s’enquérir de ses capacités de riposte contre le Covid-19. (images)

Il avait à ses côtés le Recteur de l’Université des Sciences, des Techniques et des Technologies de Bamako (USTTB), Pr. Ouaténi Diallo et l’ambassadeur des Etats-Unis au Mali, Son Excellence Dennis Hankins. Cette visite nous conforte dans nos combats quotidiens contre cette pandémie qui a déjà fait de victime dans notre pays…, indique le Directeur de l’UCRC-Mali, Pr. Seydou DOUMBIA, épidémiologiste et Doyen de la Faculté de Médecine et d’Odontostomatologie (FMOS).

Plus de 400 tests du Covid-19 dont 56 cas positifs, ont été effectués dans les laboratoires du Centre Universitaire de Recherche Clinique (UCRC), à la date du 7 avril 2020. Ce centre de recherche scientifique, affilié à l’Université des Sciences, des Techniques et des Technologies de Bamako (USTTB) dispose d’un laboratoire P3 chargé d’inactiver le virus avant le diagnostic (c’est-à-dire rendre inoffensif le virus), d’un laboratoire de biologie moléculaire (l’unité chargée de diagnostiquer le virus), tous de référence mondiale.

Diagnostic du Covid-19 : l’équipe de l’UCRC formée par des experts américains

Bien avant que l’Afrique n’enregistre son premier cas, l’équipe de diagnostic de l’UCRC avaient été formée en janvier 2020, par des experts américains, pour le test du COVID-19. Nos laboratoires ultra-modernes répondent aux normes internationales et les tests sont homologués par l’Organisation mondiale de la santé », rassure Professeur Doumbia

Pour s’assurer de la qualité de nos diagnostics, ajoute Pr. Doumbia, le ministère de la Santé et des Affaires Sociales qui a déjà mis en place une procédure de contrôle de qualité, envoie les échantillons testés aux trois autres laboratoires avec lesquels nous collaborons dans le cadre de la prévention et la riposte contre le Covid-19. Il s’agit notamment du Centre D’infectiologie Charles Mérieux (CICM), le laboratoire de Biologie Moléculaire Appliquée (LBMA) et le laboratoire de l’Institut National de Santé Publique (INSP), précise-t-il.

A l’issue de sa visite, le ministre a, dans le « Livre d’Or » exprimé sa satisfaction par rapport à la qualité des ressources humaines, des équipements qu’il trouve très rassurante. « Nous avons été très honorés de visiter l’UCRC, nous profitons de l’occasions de féliciter l’ensemble du personnel du centre, les responsables de la faculté et de l’USTTB pour le fabuleux travail qui est réalisé pour le Mali, l’Afrique et toute l’humanité. Nous remercions afin le partenaire stratégique, les Instituts nationaux de la santé des Etats-Unis d’Amérique pour leur accompagnement d’importance inestimable », a-t-il noté.

Partenariat USTTB-NIH

Le centre Universitaire de Recherche Clinique (UCRC-Mali) offre divers services cliniques, y compris les opérations d’essais cliniques, la production de protocoles scientifiques, le traitement des échantillons, la collecte et la gestion des données, la liste est loin d’être exhaustive. Il dispose également de 5 laboratoires : un laboratoire P-3 de mycobactériologie et des fièvres hémorragiques, un laboratoire de biologie moléculaire, un laboratoire d’immunologie (immuno coreLab), un laboratoire de biologie Clinique et une unité de recherche clinique.

L’UCRC-Mali est une initiative conjointe du Ministère de la Santé du Mali, du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique du Mali, de l’Université des Sciences, Techniques et Technologies de Bamako (USTTB) et des Instituts nationaux de la santé (NIH) des États-Unis à travers l’Institut National des allergies et des maladies infectieuses (NIAID). Le but de cette collaboration est de promouvoir la recherche clinique et biomédicale au Mali et dans la sous-région, à travers l’appui en infrastructures et la formation des ressources humaines de qualité.

Ibrahima DIA, Communication-Officer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :