sam. Fév 24th, 2024

FMOS : La 1ère Promotion du Master en Génétique et Pathologie Moléculaire est lancée

10 apprenants dont deux de la sous-région constituent la première promotion du Master en Génétique et Pathologie Moléculaire, lancée le lundi 5 février 2024, par le Doyen de la Faculté de Médecine et d’Odontostomatologie (FMOS), le Professeur Seydou Doumbia, représentant le Recteur de l’Université des Sciences, des Techniques et des Technologies de Bamako (USTTB) .

Celui-ci avait à ses côtés, le Vice-Doyen de la Faculté de Pharmacie (FAPH), le professeur Sékou Bah, le Directeur du Centre de Recherche et de Formation sur les Pathologies Moléculaires (CREFPAM), le Professeur Cheick Bougadari Traoré. C’était en présence des principaux intervenants, dont des enseignants-chercheurs de la FMOS, de la Faculté des Sciences et Techniques (FST), du Centre Universitaire de Recherche Clinique (UCRC), du Centre International d’Excellence en Recherche (ICER-Mali), du CHU Point G, de l’hôpital Mère-Enfant/le Luxembourg, et de l’Université de Northwestern au Etats-Unis d’Amérique.

La génétique et pathologie moléculaire permet d’étudier en profondeur (jusqu’aux mécanisme moléculaires), les différentes pathologies humaines qui ont des implications génétiques, en intégrant différentes approches multidisciplinaires, u compris les facteurs génétiques cliniques et moléculaires, épigénétiques, environnementaux, pharmacogénétiques et éthiques. L’enseignement de ces nouvelles approches, selon le Professeur Yaya Kassogué, Responsable du Programme, permettra le développement et l’application de stratégies innovatrices préventives, diagnostiques et thérapeutiques, basées sur l’évidence scientifique, en tenant compte de nos réalités locales et culturelles.

Ce programme de master initié en collaboration avec l’Université de Northwestern de Chicago aux Etats-Unis, permettra aux étudiants d’acquérir une connaissance approfondie des concepts moléculaires des pathologies génétiques acquises et constitutionnelles. Il contribuera à renforcer les ressources humaines qualifiées dans ce domaine émergent de la médecine, à l’ère post-génomique. A l’issue de ce master, les étudiants pourront servir dans les laboratoires de diagnostic moléculaire ou de recherche, ou poursuivre dans le cycle doctoral en Sciences de la Santé, puis dans l’enseignement. 

Le programme pédagogique est structuré en quatre semestres au cours desquels les étudiants apprendront les bases de la génétique humaine et de la biologie cellulaire, les techniques de laboratoire utilisées en biologie moléculaire, l’initiation à la recherche scientifique, mécanismes de survenue des maladies génétiques et approches thérapeutiques, Méthodes d’analyse des données moléculaires, la génétique du cancer et les maladies multifactorielles, le conseil génétique, l’épigénétique, et enfin le stage en laboratoire, la rédaction et la soutenance du mémoire.

Ibrahima DIA, Communication Officer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :