jeu. Juin 20th, 2019

Bioéthique : Des enseignants/chercheurs de FMOS/FAPH outillés

Ouverte le  27 mai 2019, la série de formation en bioéthique organisée par l’Université des Sciences, des Techniques et des Technologies de Bamako (USTTB) à travers le Centre universitaire de recherche clinique (UCRC), a pris fin le 31 mai 2019.

La cérémonie de clôture de la deuxième partie de cette formation, à l’endroit d’une soixantaine d’enseignants/chercheurs, qui a duré deux jours, a eu lieu le mercredi 29 mai 2019, à la Faculté de Médecine et D’odontostomatologie (FMOS), plus précisément dans la salle de conférence du MRTC. L’objectif de ces cours était de  permettre au maximum de personnes (enseignants/chercheurs et membres des comités d’éthique) de se familiariser avec les concepts clés de la bioéthique qui « est l’étude des problèmes moraux soulevés par la recherche biologique, médicale ou génétique et certaines de ses applications ».

 » En tant qu’enseignants-chercheurs, on avait des difficultés par rapport à l’élaboration de certains documents, on prenait des  thèses et les publiait sans tenir compte des codes d’éthiques » reconnait la porte-parole des enseignants-chercheurs », Dr Djénèba Sylla. Elle a, au nom de tous les participants, remercié les organisateurs et la formatrice, pour l’initiative et le partage d’expérience en bioéthique, afin de renforcer les compétences en bioéthique des enseignants/chercheurs de l’USTTB. 

Dans son mot de remerciement, Pr. Seydou Doumbia, Doyen de la FMOS a rappelé de nombreuses perspectives, visant à pérenniser l’application de code éthique dans la recherche et dans les soins de santé.  S’agissant entre autres, de l’ouverture prochaine de master en bioéthique à l’Université des Sciences, des Techniques et des Technologies de Bamako (USTTB).  Pour la formatrice canadienne, Professeure Beatrice Godard Beatrice, aucun effort n’est de trop quant il s’agit de respecter et faire respecter le code éthique dans nos actions de tous les jours.  Elle dit se réjouir de l’assiduité des participants qui sont restés attentifs durant toute la formation. 

Au sortir de la formation, les participants ont eu une meilleure connaissance de la bioéthique dans le domaine des soins et de la recherche biomédicale. Les comités d’éthique ont été mieux outillés sur le processus éthique des protocoles de recherche clinique notamment : l’éthique dans les soins de santé publique, la protection des participants dans la recherche clinique, le processus de consentement volontaire, libre et éclairé, l’engagement et la permission communautaires, etc. Ce que nous visons, c’est de pouvoir maintenir la bonne réputation de l’USTTB dans le domaine de la recherche biomédicale et de la formation médicale, indique Pr Mahamadou Diakité, l’organisateur principal de la formation. Rappelons qu’ à la fin des différentes sessions, des attestations ont été décernées aux participants. 

Ibrahima DIA/Communication Officer-FMOS

Photo de groupe



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :