jeu. Juin 24th, 2021

Professeur Seydou DOUMBIA, Doyen de la FMOS : « Le système de « numerus Clausus » a réellement montré ses écueils et ses limites ; pourquoi pas une sélection ou un concours en début d’année ? »

Le coup d’envoi de l’année universitaire 2020-2021 des facultés de Médecine d’Odontostomatologie (FMOS) et de Pharmacie (FAPH) fut donné le lundi 24 mai 2021, par le Recteur de l’Université des Sciences, des Techniques et des Technologies de Bamako, Pr. Ouaténi DIALLO. (photos)

La cérémonie qui s’est déroulée dans le nouvel amphithéâtre desdits facultés, a enregistré la présence des doyens des deux facultés, des enseignants, des professeurs honoraires, des étudiants, etc. Dans son allocution, le Doyen de la faculté de Médecine et d’Odontostomatologie (FMOS) a, au nom des deux facultés (FMOS/FAPH) signalé qu’en dépit des résultats, les facultés connaissaient des difficultés énormes dans la gestion des effectifs pléthoriques (3000 étudiants en M1 et1000 en P1), le plus grand amphithéâtre, ayant une capacité de 588 places.

« Le système de « numerus Clausus » crée en 2002 a réellement montré ses écueils et ses limites. Il s’agit d’un concours pour sélectionner 470/3000 en Med 1 et   140/1000 en Pharm, ceci en fin d’année », a-t-il indiqué, en s’interrogeant : « Quel devenir pour ceux qui ne passent pas le concours ?  Pourquoi pas une sélection ou un concours en début d’année, afin d’éviter un « gâchis de ressources humaine et financière pour les familles et pour l’état ? ».

Pour terminer, le professeur DOUMBIA a lancé un appel aux étudiants : Nous vous invitons à vous inscrire dans le délai, car on est étudiant à l’université que lorsqu’on est inscrit.  Dans son intervention, le recteur s’est beaucoup appesanti sur le thème du rentré : « Les TIC dans l’Enseignant : une réalité, un défi ». Selon lui, l’enseignement en ligne a l’avantage de proposer des solutions à des problématiques des effectifs souvent trop élevés par rapport aux capacités d’accueils. Il invita les enseignants et les étudiants à soutenir les efforts engagés en ce sens.

« Les blouses blanches à l’indépendance du Mali-Vies et Œuvres 

La cérémonie a été marquée par une leçon inaugurale qui a été dispensée par le Professeur Bah Keita, Pneumologue, autour de son nouvel ouvrage intitulé : « Les blouses blanches à l’indépendance du Mali-Vies et Œuvres ». Ce livre est un voyage à travers les temps (colonial, à l’indépendance et après l’indépendance) pour décrire ce que fut l’action des médecins, pharmaciens, sages-femmes, infirmiers et infirmières, ainsi que les assistantes sociales africains, dans leur combat contre les maladies infectieuses, les épidémies, et la prévention des maladies infantiles à travers les vaccinations, entre autres. Loin d’être exhaustif, cet ouvrage tente d’explorer ce passé à la fois lointain et proche, et apporter des éléments de réponses en retraçant d’une part, l’histoire de ce que fut la médecine au temps colonial, les exigences qui ont amené le pouvoir colonial à former ces hommes et femmes que nous avons nommés  » les blouses blanches », et d’autres part en décrivant leurs parcours scolaires et professionnels, tout en évoquant par moments des souvenirs qui les ont marqués. C’est ce pan oublié de notre histoire, que nous voulons faire connaitre au grand public et singulièrement à la jeunesse et à la génération future, et ainsi que de professionnels de santé.

Notons que la particularité de cette rentrée universitaire, fut la remise d’attestations de reconnaissance à des professeurs honoraires. Ces Maitres (enseignants et chercheurs) admis à faire valoir leur droit à la retraite ont, aux dires du Doyen de la Faculté de Pharmacie (FAPH), Pr. Boubacar TRAORE semé et entretenu la culture de l’excellence, ce qui a permis de faire de ces deux facultés, la vitrine et la fierté du système universitaire national. En outre, les premiers des classes, et du Numerus clausus (Médecine, Odontostomatologie, Pharmacie) de l’année universitaire précédente, ont réussi leur tableau d’honneur en reconnaissance de leur mérite.

Ibrahima DIA, Chargé de Communication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :